Deux traductions possible sont données pour Abrincates :

  • soit "le peuple/les combattants de l'aber/l'estuaire" de abrin (estuaire) et catu (bataille),
  • soit "ceux de la Sées" de abrinka (nom de la rivière Sées) et a-tes (terminatif/locatif)

Leur nom a été latinisé en Abrincatui par Pline l'Ancien.

Ils apparaissent aussi sous le nom d'Abrincatuens. Ils ont donné leur nom à Avranches, qu'ils sont supposés avoir bâti et avoir pris pour Capitale. Genêts était leur port et leur ville secondaire.

Il semble que les Abrincates soient venus de Germanie pour s'installer en Armorique sur une partie du territoire des Unelles et devenir leur clients. En 49 ev. JC, les romains forcent les Unelles à rompre leur relation de clientèle avec les Abrincates.

Au IXe siècle avant Jésus-Christ, les Abrincates ont pour oppidum principal Ingena, qui va ensuite prendre le nom du peuple: Avranches, à l'époque de la réorganisation de la Gaule en cités romaines et devenir une ville prospère. Ils habitaient la baie du mont Saint-Michel et se trouvaient donc entre la Bretagne actuelle et la Normandie actuelle.

On note la présence de l'oppidum du Petit-Celland, à 10 km de la cité d'Avranches en direction de l'est.

Avranches était à l'époque gallo-romaine le chef-lieu de la civitas des Abrincatui qui s'étendait à peu près sur l'actuelle partie méridionale du département de la Manche. Avranches était l'un des sept chefs-lieux de cité de la seconde Lyonnaise. Au Ve siècle après J.C., Avranches devient le siège d'un évêché qui s'étend sur tout l'ancien territoire des Abrincates. À l'intérieur de ce diocèse deux entités administratives distinctes pourraient avoir existé: les pagi de Mortain et d'Avranches. Mais ceci est bien hypothétique.

 

Statère de billon des Abrincates

 

Statère de billon des Abrincates.